Valeur ajoutée

Sommaire

La valeur ajoutée est la richesse créée par une entreprise. Elle permet de rémunérer tous les acteurs qui ont participé à la production.

La répartition de la valeur ajoutée est un sujet de conflits entre ces différents acteurs : salariés, actionnaires, banques, État, etc. Toutes les infos pour y voir plus clair.

Qu'est-ce que la valeur ajoutée ?

La valeur ajoutée représente la richesse créée par une entreprise du fait de son activité de production. Elle se calcule en faisant la différence entre le chiffre d'affaires d'une entreprise et l'ensemble de ses consommations intermédiaires.

Valeur Ajoutée (VA) = Chiffre d'Affaires (CA) – Consommations Intermédiaires (CI)

Les consommations intermédiaires correspondent à tout ce que l'entreprise a consommé pour réaliser cette production.

Exemple : matières premières, énergies, etc. Les salaires et les machines ne sont pas des consommations intermédiaires.

La valeur ajoutée est la part que l'entreprise « ajoute » à ce qu'elle achète à l'extérieur.

Exemple : une usine fabrique de la moutarde, vendue dans des petits pots de verre. L’entreprise ne fabrique que la moutarde. Les pots de verre sont des consommations intermédiaires. Sa valeur ajoutée ne représente que la valeur de la moutarde donc son chiffre d’affaires, auquel il faut soustraire la valeur des petits pots de verre. Les pots de verre représentent la valeur ajoutée de son fournisseur.

Attention à ne pas confondre la valeur ajoutée et le bénéfice :

  • La valeur ajoutée est la richesse créée. Elle permet de rémunérer les différents participants à la production, dont les salariés, les banques et l'État.
  • Le bénéfice, ou profit, est ce qui reste à l'entreprise une fois qu'elle a rémunéré les salariés, les banques et l'État. C'est ce bénéfice, s'il existe, qui permet de rémunérer les actionnaires et d'obtenir un autofinancement.

Répartition de la valeur ajoutée

Comment est répartie la valeur ajoutée ?

La valeur ajoutée permet de rémunérer l'ensemble des acteurs qui ont participé à la production de l'entreprise :

  • les salariés à travers les salaires pour rémunérer leur travail ;
  • l'État à travers des impôts et des taxes pour rémunérer l'ensemble des services à la collectivité (retraite, chômage, maladie, ainsi que tous les services publics comme la voirie, l'éclairage, l'éducation, etc.) ;
  • les banques à travers les intérêts versés pour rémunérer les prêts qu'elles ont accordés ;
  • les actionnaires à travers les dividendes pour rémunérer leurs apports en capital ;
  • l'entreprise à travers l'autofinancement pour lui permettre de poursuivre sa politique de développement.

Tensions autour de la répartition de la valeur ajoutée

La répartition de la valeur ajoutée est l'un des enjeux économiques majeurs. Chacun des participants à la production veut voir sa part augmenter.

  • Les salariés veulent que leurs salaires augmentent plus vite que l'inflation. C'est l'objet des négociations annuelles de salaires.
  • Les actionnaires souhaitent que leurs investissements dans l'entreprise soient rentables.

Bon à savoir : en 2013, les salaires nets représentaient en moyenne 50 % de la valeur ajoutée dans le secteur industriel et 54 % de la valeur ajoutée dans le secteur des services.

Les entreprises sont toujours face à un dilemme :

  • payer plus les actionnaires pour qu'ils continuent d'apporter des capitaux dans l'entreprise
  • payer plus les salariés au risque de voir les actionnaires préférer investir dans d'autres entreprises plus rentables.

C'est le combat entre le travail et le capital.

Bon à savoir : pour impliquer d'avantages leurs salariés dans le processus de création de richesses, les entreprises proposent parfois à leurs salariés de devenir actionnaires de leur propre entreprise.

Utilité de la valeur ajoutée au niveau mondial

Le PIB (Produit Intérieur Brut) d'un pays correspond à la somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises présentes sur le territoire national.

C'est à partir de ce PIB qu'est calculée la croissance économique d'un pays. En effet, le taux de croissance économique, c'est le taux de variation entre deux PIB.

Envie de creuser le sujet ?

Ces pros peuvent vous aider